Rechercher
  • aurore malet karas

La possessivité dans le couple

Soyons honnêtes, avoir un ou une partenaire un peu jaloux (jalouse), au début c'est assez flatteur. On aime bien voir que l'autre est attaché à nous, qu'il a peur de nous perdre, c'est rassurant parfois... Sauf quand...





Sauf quand ça dépasse les bornes, qu'on se rend compte qu'on a plus d'intimité possible, qu'on ne peux pas aller voir des amis ou de la famille sans faire d'histoires, qu'on doit rentrer plus tôt du travail ou éviter d'aller en déplacement à cause de ça, qu'on s'éloigne des personnes que l'on aime et qui nous aiment à cause de l'autre....


Il convient d'abord de bien faire la différence entre possessivité et jalousie. Cette dernière est définie soit par l'envie de posséder ce que l'autre possède, soit par un amour qui se veut exclusif. Souvent derrière un.e partenaire jaloux.se se cache une peur (parfois inconsciente) d'être abandonné.e. C'est bien différent de la possessivité qui renvoi à la pensée, à la volonté de dominer totalement l'autre. Dans ce cas, le partenaire est considéré comme un objet, qui appartient, qui n'a donc pas de liberté ni de volonté propre. Le cadre est totalement différent.


Dans tous les cas, ces comportements amènent souvent de sérieux problèmes au sein du couple. Alors que faire ? Dans un premier temps, il faut dès le début de la relation être vigilent à l’attitude de l'être aimé. Comment réagit-il si l'on arrive en retard? Si on doit passer la soirée pour aider un proche qui va mal ? Comment se comporte-il avec les femmes de sa famille ( et inversement si c'est une femme)? Tant de signaux qui doivent mettre la puce à l'oreille, car les causes de ces comportements peuvent être aussi bien psychologiques que culturelles.


Ensuite il faut bien évidemment adresser le problème avec le ou la partenaire, en étant précis sur les comportements qui nous déplaisent et nous gênent. Dans la mesure du possible, il faut amener le sujet en douceur, en exposant d'abord ses ressentis, ses envies, ses besoins et ses limites. Si l'autre n'arrive pas à entendre, ou à engager de manière saine et mature le dialogue à ce sujet, alors la thérapie peut être une option intéressante.


Pour aller plus loin, cette interview à femme actuelle.



42 vues

07 71 67 70 43

Consultations par Skype ou téléphone
Déplacements à domicile possible sous conditions

©2018 by auroremaletkaras


created with Wix.com